HISTOIRE ET COURANTS DE L'ANTHROPOLOGIE SOCIALE ET CULTURELLE

Objectifs et présentation

14 octobre 2019

L’objectif de cet enseignement est de vous faire comprendre la façon dont notre discipline, l’anthropologie sociale et culturelle, se construit, se transforme et redéfinit sans cesse l’actualité de ses problématiques, depuis les années quatre-vingt jusqu’à aujourd’hui. Les problématiques les plus actuelles seront présentées à travers la lecture de textes anthropologiques qui ont fait date. C’est ainsi que nous ouvrirons l’année le 4 novembre sur la problématique du transhumanisme — nos rapports aux non-humains — que je présenterai à travers la lecture du premier des douze livres au programme, l’ouvrage de Eduardo Kohn, How Forests Think. Toward an Anthropology beyond the Human (Berkeley, 2013), et que nous conclurons le 10 février sur la problématique de la mort cérébrale et des dons d’organes que je présenterai à travers la lecture de Margaret Lock, Twice Dead. Organ Transplants and the Reinvention of Death (Berkeley, 2002). Chacune des douze séances du séminaire est construite autour de la lecture d’un texte qui a fait date, comme les deux que je viens de citer, en proposant des matériaux ethnographiques et des analyses qui ont suscité de fructueux débats relevant de tel ou tel grand thème ou domaine de la vie sociale ou de telle ou telle sous-discipline, comme par exemple au programme cette année: la thématique du Tournant ontologique; l'anthropologie linguistique sur le thème Parole, autorité et violence; l'anthropologie de l'environnement sur le thème Savoirs locaux, action collective et milieux de vie; l'anthropologie urbaine sur le thème Groupes socio-professionnels et affiliations communautaires dans l’espace urbain; et l'anthropologie médicale sur le thème des Rapports de l’individu à son corps.

L’anthropologie nous apparaît, aux enseignants comme aux étudiants, être aujourd’hui une discipline éclatée, fragmentée en de multiples thématiques. Comment alors puis-je donner un minimum d’homogénéité au programme de mon enseignement et vous proposer quelques fils conducteurs d’une thématique à l’autre? Sans être sûr d’y réussir, je m’efforcerai de compléter les éléments d’histoire des courants classiques (les grandes écoles de pensée), qui vous ont été donnés en M1, par des éléments d’histoire des concepts classiques, soit que les auteurs d’aujourd’hui se les ré-approprient et les utilisent dans leurs analyses, par exemple le concept de savoirs locaux qui nous servira de fil conducteur d’une thématique à une autre — du tournant ontologique à l'environnement et à la médecine —, soit au contraire qu’ils les rejettent en justifiant la rupture qu’ils opèrent ainsi par rapport à leurs devanciers, comme par exemple les concepts de culture ou de parenté. C’est l’histoire récente (depuis les années quatre-vingt) de ces ré-appropriations ou de ces ruptures qui nous permet, à nous lecteurs, de prendre un recul critique par rapport au livre que nous étudions, et c’est à moi de vous donner ces éléments d’histoire des concepts en vous montrant comment ils sont ou non opératoires dans tel ou tel des livres que nous étudierons ensemble.

Les douze livres d’anthropologie au programme sont accessibles dans l'espace privé de la bibliothèque numérique tessitures, à laquelle je vous invite à vous inscrire. Mon objectif, dans cet enseignement, est de vous apprendre à lire un texte anthropologique dans le détail technique de ses données ethnographiques et dans le détail technique de son argumentation. Notre objectif commun, à moi dans mes présentations au séminaire et à vous dans le travail écrit que vous me soumettrez en mars pour valider cet enseignement, notre objectif commun n’est pas de faire des exposés sur telle ou telle problématique, mais de faire l’étude critique de quelques pages d’un livre d’anthropologie et de mettre en perspective par rapport à nous le texte d'une anthropologue ou d’un anthropologue dont le livre a fait date.

Tous les livres au programme seront étudiés dans leur version originale en langue anglaise pour vous apprendre à résoudre une difficulté, pour les lecteurs francophones, qui est de maîtriser la langue de l'analyse technique en anglais et d'éviter les mots piégés qu'on appelle les faux-amis parce qu'ils paraissent faussement avoir le même sens en anglais qu'en français. C'est une décision pédagogique de ma part que de vous faire lire des grands textes en anglais, mais, loin d'ignorer l'excellence de grandes œuvres anthropologiques en français, je confronterai plusieurs fois dans notre programme les textes en anglais que nous étudions à des textes français traitant des mêmes questions qui soutiennent largement la comparaison, comme Le Regard de l'éleveur de rennes d'Yves Delaporte (confronté à Tim Ingold) ou La Chasse à l'âme de Roberte Hamayon (confrontée à Piers Witebsky). Pour vous offrir la palette la plus riche et diversifiée de textes à la fois classiques, parce qu'ils ont fait date, et actuels, parce qu'ils sont en phase avec les problématiques et les méthodes d'enquête et d'analyse d'aujourd'hui, douze autres ouvrages seront brièvement évoqués en contrepoint de ceux qui sont au programme des séminaires du Lundi. Sous réserve de l'accord personnalisé que je conclurai avec chacun d'entre vous en tenant compte de l'extrême diversité de vos connaissances antérieurement acquises en anthropologie, vous choisirez de consacrer votre travail écrit à l'un de ces vingt-quatre ouvrages.